Développement communautaire

 Le développement communautaire intégré (DCI) d’une communauté ou d’un groupe de communautés vulnérables est l’intégration et la solution systématisée des problèmes sociaux, économiques et environnementaux. Shen applique activement cette méthodologie dans plusieurs villages d’Arménie, où le développement général nécessite une approche systématisée afin d’assurer le bien-être de plusieurs aspects de la vie rurale. La mise en œuvre de certains infrastructures rurales, telles que les réseaux d’irrigation, le service vétérinaire, y compris l'insémination artificielle, les services des machines agricoles, la production à petite échelle, etc., créent des bases solides pour le développement économique durables des communautés. La durabilité de touts les infrastructures/services mentionnés et plusieurs autres dépend profondément de la participation permanente et de l’engagement des résidents de la commune dans le processus de prise de décision et de mise en œuvre  des projets.

 

La phase préparatoire commence par l’Evaluation participative du village qui se déroule avec la participation directe de toute la commune. Ensuite une Réunion Générale de commune est convoquée où on élit un groupe d’action communautaire. Le groupe d’action communautaire, en collaboration avec les représentants de Shen, entreprend l’élaboration du plan stratégique du développement du village. C’est un procédé critique qui défini la durabilité de la commune. La mise en application du modèle de DCI donne aux membres de la commune la possibilité de s’intégrer dans toutes les activités prévues, utilisant le potentiel de la commune aussi bien que de l’ONG, afin de mettre efficacement en œuvre les projets envisagés, même en crise économique.

 

Le modèle de DCI, adopté par l’ONG Shen en 2001, a donné des résultats remarquables pendant la dernière décennie, dans les communes choisis selon les critères de pauvreté de Shen. Les projets mis en œuvre dans plusieurs communautés de différentes régions du pays ont prouvé la pertinence de la stratégie choisie par Shen (voir les projets finalisés). Ainsi, nous avons vu comment il est possible d'utiliser efficacement les ressources limitées et assurer la durabilité du bien-être de la communauté. Dans tous les projets ayant des composantes de réhabilitation ou de construction d'infrastructures, les communautés bénéficiaires doivent avoir une contribution d’au moins 20% du coût total du projet.

 

Le plus important est le fait que l’application de ce modèle permet aux communautés bénéficiaires de passer du statut d’utilisateur des services au développement des compétences et au renforcement des capacités. Après le cycle de participation, de planification et de prise de décisions, les communautés sont prêtes à conserver les résultats obtenus, à assurer la durabilité et la réalisation du monitoring interne. Pour Shen il est particulièrement important le fait que ces communautés servent de bons exemples pour les villages voisins.